Calais : un parc d’attractions pour masquer la crise des migrants non l’incompétence de certains politiques


Depuis 2011, un projet de parc d'attraction pour l'agglomération de Calais fait énormément de bruit dans la classe politique. Ce projet, Heroic Land de son nom, porté par la maire de Calais, connait de nombreux rebondissements et zones d'ombres.

Commençons par le début ; En 2011 la société Noraparc sollicite les élus locaux de la région pour trouver un emplacement et des partenaires financiers pour la création d'un parc à thème sur l'univers de l'espionnage, Spyland.

Ce projet ne sort pas de nul part, il s'agit d'un projet à l'étude depuis l'an 2000 et conduit à l'origine par l'entreprise TGM S.A. (Travaux Géotechniques et Miniers). Mais depuis toujours ce projet cherche un emplacement et surtout des financiements. A l'époque, le projet était en bonne voie du côté de Valence, puis par la suite les porteurs se sont tournés vers l'Espagne pour le retrouver en 2014 à Calais.

Ce projet ouvrable à 171 Millions d'euros et 400 Millions d'euros à terme, prévoyait la création de 1 500 emplois et l'ambition d'attirer 1 à 3 millions de visiteurs par an.

spyland calais

Le projet commençait à faire son bout de chemin à Calais quand un projet concurrent porté par un ancien collaborateur de chez  Spyland, naviguant en sous-marin, a su imposer un nouveau projet pour l'agglomération: Heroic Land.

Se sentant trahit par les élus locaux, Noraparc abandonne définitivement le développement du projet à Calais. Dans une longue lettre ouverte adressée à la Maire de Calais, les dirigeants règlent leurs comptes : "Je vais vous exposer l’éclairage et la compréhension que chacun est en droit de demander sur la substitution brutale de Spyland par un parc « Sans Nom ». [...] Permettez-moi de vous proposer ici celui de Traîtres Land..."

Voilà comment Heroic Land se trouve maintenant hissé comme le projet phare de Calais soutenu par les élus locaux.

Mais ce n'est pas tout, le porteur de ce nouveau projet a fait équipe avec une société et surtout un entrepreneur au passé sombre :

Yann Tran Long, directeur général de Loftus Overseas Management, une société spécialisée dans la réalisation de projets de parcs de loisirs. Ce directeur est un ancien militant de la FANE, un groupuscule d'extrême droite français ouvertement néo-nazi.

De son côté, l'ancien comptable de la société fut commissaire aux comptes ayant certifié de 2011 à 2013 les comptes de Jeanne, un micro partie de Marine Le Pen. Des comptes intriguant la justice et valant à l'ancien prestataire d'être mis en examen pour "escroquerie", "faux et usage de faux" et "abus de bien social".

Aussi un ancien collaborateur de Loftus a pâti des petites combines du patron et a démissionné par défaut de paiement de salaire.

Pour finir, la société est maintenant domiciliée à Hong-Kong car elle a été placé en liquidation judiciaire en France en 2011.

Néanmoins, cette société a une petite expérience dans le domaine des parcs de loisirs car elle est à l'origine de la création d'un parc en Turquie, Parkantep Harikalar Diyari.

Passons sur ces nombreuses zones d'ombres et ce passé peu glorieux. Qu'en est-il du projet ?

Le projet prévoit un parc d'attractions de 40 hectares avec six univers :

Seaworld, les fonds sous-marins pour les tout petits :

heoric land sea world
Steam Punk Fantasy, le monde de Jules Verne

steam heroic landHeroic-Fantasy Land, les terres du seigneur des anneaux

fantasy heroic land
Science-Fiction Zone, l’univers et l’espace, les grandes sensations

science fiction heroic land

 

Manga City, le Japon moderne et ancien

manga city heroic land
Adventurer’s League, les territoires lointains des aventuriers

adventure league heroic land

 

Puis pour prolonger la visite, le projet prévoit également un lieu mêlant commerces, hôtellerie, restauration et loisirs à l'instar du Disney Village.

Voilà une vidéo de présentation du projet dans sa globalité :

 

La date d'ouverture est prévue, je dis bien PREVUE, pour 2018.

Mon avis sur le sujet :

Ce projet avec ces nombreuses zones d'ombre me parait peu faisable et semble être un malheureux mirage pour détourner l'argent public :

  • Les illustrations 3D semblent être créées par une équipe d'amateurs. On dirait des images tirées d'un jeux vidéo comme Roller Coaster Tycoon. Pour un projet d'une telle ambition, cela est lamentable.
  • Les zones thématiques, les décors et les attractions n'ont pas de cohérence spatiale.
  • Le choix des attractions est pour le moins étonnant. Le projet prévoit par exemple une montagne russe du genre Kingda Kah, ce genre de montagnes russes est simplement hors de prix et vise un public restreint. Je ne pense pas que ce soit un bon choix pour débuter...
  • Les prévisions de fréquentation sont TROP OPTIMISTE : 1.500.000 visiteurs dès la 1ère année cela semble irréalisable. A titre d'exemple, le Parc Astérix qui est un parc porté par un emblème national a accueilli durant sa 1ère année, 1 340 000 visiteurs alors que les prévisions était de 2 millions. Alors un parc sans emblème avec une notoriété régionale ...

Ce qui est fou dans ce projet, c'est de voir encore de nos jours, des élus appâtés par la promesse de création d'emplois et de recettes futures grâce aux taxes locales sans vérifier le minimum de sérieux d'un projet et de ses prometteurs. En attendant des milliers d'euros d'argent public ont été distribué pour ces prometteurs que le projet se fasse ou non. Et même si ce projet prend vie, j'ai bien peur que l'on se retrouve avec un remake de Mirapolis...

Et vous, que pensez-vous de ce projet ?